Nouveau quadrille de la cour au sujet des affaires du temps

Nouveau quadrille de la cour au sujet des affaires du temps

Le Roi

Si je n’étais point trompé, je gagnerais toujours.

La Reine

Si j’avais été mieux conseillée, je n’aurais pas tout perdu.

Le Duc d’Orléans

J’ai beau jeu ; si j’étais hardi je ferais la volle.

Le comte de Charolais

Si j’étais le premier, je jouerais sans prendre.

Le comte de Clermont

Mon jeu ne vaut rien en cheville.

Le prince de Conti

Je n’ai bientôt plus ni fiches, ni contrats.

Le prince Édouard

Si l’on m’appelle, je ferai beau jeu.

Le chancelier

Avec spadille forcé, on ne fait pas la volle seul.

Le garde des Sceaux

Je me réserve pour les coups doubles.

Le maréchal de Noailles

J’ai de quoi jouer, mais je passe pour faire ma cour.

Le comte d’Argenson

J’ai vendu le Roi, on me doit la fiche.

Le clergé

Mon jeu n’est plus sûr ; j’ai bien des faux.

Le Parlement

J’ai beau jouer et suivre les règles du jeu, je suis toujours grondé.

La chambre royale

Quand on n’a pas l’esprit au jeu, on ne joue pas bien.

Le lieutenant civil

Avec quatre matadors et deux dames gardées j’ai perdu codille.

Le Châtelet

Je ne fournis jamais les cartes ni la lumière dans un tripot.

L’archevêque de Paris

Avec les as noirs, les plus ignorants peuvent se retirer d’affaire.

Les jésuites

À force de mêler, il faudra bien que le jeu nous vienne.

 

À Siam, le 34 janv. 1754

 

Numéro
£0405


Année
1754 janvier


Références

F.Fr.10479, f°349r-350r - F.Fr.21750, f°73r

Mots Clefs
Sur les affaires du temps. Défilé des puissances du jour