Psaume 51 de David

Psaume 51 de David, sur le fondement duquel

l’oraison funèbre de M. le duc d’Orléans, régent doit être tirée1


Pourquoi te glorifies-tu en iniquité, toi qui es puissant en malice ?

Ta langue ne pense qu’à méchanceté ! Elle surprend et tranche comme un rasoir affilé.

Tu aimes mieux faire mal que bien, mentir plutôt que dire vérité.

Tu aimes tout propos pernicieux, et les paroles de tromperie.

Aussi Dieu te détruira du tout. Il t’ôtera et arrachera de ta demeure et ta race aussi d’entre les vivants.

Les justes le verront et craindront, et se riront de lui et diront : voilà l’homme qui ne mettait point sa confiance en Dieu.

Mais se fiait en ses grandes richesses et s’assurait en leur malice.

Mais moi, comme l’olivier fructueux verdoyant en la maison de Dieu : j’ai mis mon espérance en la miséricorde de Dieu pour toujours et de siècle en siècle.

Je te louerai à jamais de ce que tu as fait et attendrai ta faveur, car elle est bonne envers ceux que tu regardes par ta bonté.


  • 1. Le texte se présente sur deux colonnes avec texte latin en regard.

Numéro
£0168


Année
1723


Références

F.Fr.10475, f°24

Mots Clefs
Régent, oraison funèbre, Psaume de David