Arrêt de la basoche

Arrêt de la basoche qui ordonne que le mandement de M. l’évêque de Laon, donné à Laon, le 2 avril 1735, sera brûlé par la main d’un décrotteur, le premier qui sera rencontré au bas du grand escalier du Palais, le 22 avril 1735.

Extrait des registres de la basoche du Palais.

Le mandement de M. l’évêque de Laon contre celui de M. l’évêque de Saint-Papoul nous ayant été envoyé pour statuer dessus en dernier ressort comme ne valant pas la peine de passer par une juridiction plus éminente que la nôtre, nous avons examiné ledit mandement et nous avons reconnu qu’il ne pouvait partir que d’une plume ignatienne, dont l’évêque de Laon emprunte ordinairement le secours, et comme un tel mandement, abstraction faite de son objet, offense toute bienséance divine et humaine, nous avons jugé qu’il méritait la flétrissure la plus humiliante.

C’est pourquoi ledit mandement, daté du 2 avril 1735, les matières mises en délibération dans l’assemblée générale de la cléricature du Palais en notre juridiction de la basoche, nous avons condamné et condamnons ledit mandement de M. l’évêque de Laon contre celui de M. de Saint-Papoul, comme factieux et tout à fait indécent, entièrement contraire à la charité chrétienne et à la dignité épiscopale, à être brûlé dans le moment par la main d’un décrotteur, le premier rencontré au bas du grand escalier de la cour du Palais ; et cependant nous permettons le débit dudit mandement dont la lecture ne peut que faire connaître combien il est méprisant et déshonorant pour l’évêque qui l’a donné ; et sera le présent arrêt imprimé, lu et publié et affiché partout où besoin sera.

Fait en note assemblée générale du Palais, le 2 avril 1735. Signé Griffon.

 

Numéro
£0329


Année
1735


Références

Clairambault, F.Fr.12705, p.327-28 - NAF.9184, p.76

Mots Clefs
Mandement de l'évêque de Laon contre l'évêque de Saint-Papoul supprimé par arrêt de la basoche