Catalogue des livres nouveaux qui se trouvent chez l’abbé Beaudeau

Catalogue des livres nouveaux qui se trouvent chez l’abbé Beaudeau, secrétaire perpétuel de la franche loge des Économistes, sous la protection de M. Turgot, le très-vénérable Grand-Maître1.

Paraphrase sur la patience de Louis XV, par le très-honnête et très-puissant Seigneur M. de Vaines, lecteur du Roi.

Deux volumes sur le moyen de s’enrichir aux dépens d’autrui, par les Srs de Vaines et La Croix.

Trois volumes in-8° pour servir d’interprétation à l’arrêt du Conseil de septembre 1774, sur la liberté du commerce des blés, par les frères Beaudeau, Roubaud et Morellet.

Éloge de M. Turgot par une compagnie de monopoleurs, brochure in-12 avec cette épigraphe : Beati oculi qui vident quae non videtis.

Additions au Code français, ou nouveaux moyens pour faire tous baux, contrats et autres traités quelconques, tant avec le Roi qu’avec des particuliers, ouvrage fait par M. Turgot, revu et corrigé par les frères de Vaines et la Croix.

Le Pudenda, ou nouveau projet de messageries au profit du frère la Croix, ouvrage composé par un trépassé en Prusse.

Antigunaika, ouvrage composé par M. Turgot, avec une préface du frère orateur Diderot.

Lettre du petit Albert à son arrière-cousin le lieutenant de Police de Paris avec cette épigraphe :

En l’autre monde, hélas ! je formais des souhaits. Vous êtes, etc. etc., etc.

Consultation de médecine sur les délires de M. Turgot lorsqu’il était intendant de Limoges, et moyens inutiles employés à sa guérison.

L’homme au masque, ou l’art de paraître ce qu’on n’est pas, ouvrage dédié à M. Turgot, 2 vol. in-12.

Le Ministre des Postes, ou les préjugés ramenés, avec cette épigraphe :

Nuls aux conseils des Rois ne pourront être admis

S’ils ne sont reconnus pour être nos amis.

Préceptes de gouvernement, par M. d’Alembert, avec cette épigraphe :

Un Roi qui fait son devoir est le plus malheureux des Rois.

Le Nouveau Machiavel, ou entretien nocturne des frères Turgot, d’Albert et du maréchal de Biron.

Le Cadastre, ou Nouveaux moyens de saper les fondements de la monarchie française, ouvrage composé par M. Turgot.

La Nouvelle tactique de Jean Farine, mise en exécution par Charles Samson, exécuteur des hautes œuvres, sous les ordres du maréchal de Biron.

Le Voyage du Tremblay, ou Lettres cabalistiques entre le vénérable Turgot et le frère de Vaines.

Projet présenté au Roi, par la franche loge des économistes, pour faire agréer à Sa Majesté leurs instituts et pour les faire succéder à ceux de la compagnie des Jésuites, attendu l’intimité et les rapports qui se trouvent entre les principes d’Ignace et ceux des frères Économistes.

Les Cinquante martyrs de l’Isle-Adam, ou le gouvernement de M. Turgot.

L’Anticolbert, ou les moyens de détruire le commerce et les manufactures de France, par M. Turgot.

Voyages du petit Trudaine dans les pays étrangers, avec la relation de ses aventures en Hollande, ainsi que l’histoire qui arriva à Utrecht à M. le Grand-Maître de sa maison, pour voir voulu faire donner à un Batave en paiement cent coups de canne, à quoi soin jointes les réflexions de M. de Trudaine sur les Hollandais, au sujet de la correction donnée au maître et au valet par les Magistrats d’Utrecht.

Les regrets de M. de Trudaine, ou Intrigue manquée, ouvrage composé par M. de la Vrillière, la Sabathin et M. de Trudaine, 2 vol. in-12 sans privilège.

Les Intrigues, ou la manière d’abuser de la confiance du Roi, ouvrage classique par MM. Turgot, Diderot et d’Alembert, 9 vol. in-8°.

Progrès de la Raison, ou Recherches du vrai, par M. Turgot avec cette épigraphe.

Tous les hommes ne sont que des instruments passés entre les mains des ministres, et ces derniers peuvent disposer à leur gré de la vie de tous les êtres.

La Passion de la gloire, ou le moyen d’en acquérir sans beaucoup de vertus, ouvrage par M. Turgot.

Les Contradictions, ou remèdes de M. Turgot sur la réputation future, 10 vol. in-8°.

L’Intendant de Limoges à Paris, ou la vie est un songe, dédié à M. Turgot.

Le Philosophe moderne, ou Moyens de secouer les préjugés honnêtes, par de frère de Vaines, dédié à M. Turgot.

Commentaire de M. Turgot sur les mots justice, liberté, humanité et patriotisme. Il prouve que ces mots n’étaient que des êtes imaginaires qui ont toujours été inconnus au Prince de Machiavel et à lui.

Les Mondes modernes, ou les éléments du despotisme oriental adaptés au gouvernement français, par M. Turgot.

Lettre de l’ombre de Wolff à M. Turgot, où il lui offre ses services pour prouver aux Français que, malgré toutes les sottises qu’il fait, qu’il a faites et qu’il fera, tout est bien, 7 vol. in-12.

Le Télescope, ou la Philosophie des gouvernements modernes, par Diderot et d’Alembert.

L’instinct de la nature, ou l’art de conserver certains êtres par la destruction des autres, principe mis en pratique par MM. le maréchal de Biron, Turgot et d’Alembert.

Lettre de M. Turgot au frère de Vaines sur les médisances que le public se permet contre lui.

Lettre de l’ombre de Cartouche au frère de Vaines, avec cette épigraphe :

Toute l’adresse gît à bien cacher son jeu ;

Vous possédez cet art, mon sublime neveu.

Excommunication prononcée par la sublime loge de la franche économie, le très vénérable Turgot présent, contre M. Linguet, pour avoir divulgué les secrets de l’ordre et fait voir la lumière aux profanes.

Projet de médailles pour les frères économistes avec cette légende : Post lucem tenebrae.

Réponse de M. Turgot aux parents des deux victimes qui ont été justiciées pour avoir pris du pain, avec cette épigraphe :

La raison du plus fort est toujours la meilleure.

Discours de M. Turgot au Conseil du Roi, lors des émeutes qu’il y eut pour la cherté des blés dans le royaume. L’ordre commence ainsi :

Il est notoire, Sire, que ce sont mes ennemis qui fomentent ces émeutes, et qu’il faut, en attendant qu’on les connaisse, punir sans distinction. Vos sujets ont encore trop d’aisance, et les particuliers trop de richesses. J’ai d’excellents moyens pour ployer toute cette populace et l’accoutumer au joug. Le plus fort rempart d’un Monarque, c’est la pauvreté de ses sujets ; une fois accoutumés à ramper, la nation fera par devoir ce qu’elle faisait par amour pour son Prince. Il faut que Votre Majesté croie que sa sagesse réside avec toute sa splendeur dans les principes des économistes et de moi, et qu’elle se soumette avec toute raison aux décrets émanés de notre scientifique loge.

Le coup de Jarnac, ou les ruses découvertes, ouvrage de M. de Sartine, dédié à M. Turgot.

Correspondance entre M. d’Ogny et M. Turgot ou… surintendant des Postes [sic].

La Censure moderne, ou le manuscrit volé, ouvrage de M. Turgot, dédié à Me Linguet.

  • 1. La méchanceté revêt mille formes. Elle a fait circuler ce pamphlet pour les étrennes des gens en place.

Numéro
£0283


Année
1775


Références

F.Fr.13652, p.323-24 (incomplet) - CSPL, II, 297-302

Mots Clefs
Liste de livres imaginaires contre Turgot et les économistes