Lettre du Roi au clergé au sujet du Vingtième

Lettre du Roi au clergé au sujet du Vingtième

Messieurs,

J’ai vu avec peine que vous n’avez pas pris une délibération conforme à la demande qui vous a été faite de ma part. Les sentiments d’affection et de bienveillance que j’ai pour le clergé de mon royaume sont si profondément gravés dans mon cœur qu’ils sont toujours les mêmes, quoique votre zèle n’ait pas répondu à ce que j’étais en droit d’en attendre. Rempli de respect pour les saintes fonctions de votre ministère sacré, je me ferai toujours un devoir de conserver ses exemptions, ses privilèges et ses immunités que les Rois, mes prédécesseurs, vous ont accordées.

 

Réponse du clergé, du 17 septembre 1750

Sire

La justice et la magnanimité de V.M. sont si connues que nous nous croyons autorisés à répondre, que nous ne consentirons jamais, que ce qui a été jusqu’ici un don de notre amour et de notre respect devienne un tribut de notre obéissance.

Numéro
£0353


Année
1750


Références

BHVP, MS 661, f°54r-54v

Mots Clefs
Lettre du Roi au clergé au sujet du Vingtième