Pasquinade

Le roi de Portugal1 : 

Tolle, crucifige.

Le roi d’Espagne : 

Reus est mortis.

Le roi de France : 

Vos dicitis.

La reine de Hongrie : 

Quid enim male fecit !

L’Empereur : 

Non invenio in eo causam

Le roi de Prusse : 

Quid ad me !

La république de Venise : 

Non in die festo, ne forte tumultus fieret in populo.

Le roi de Naples 

Nos legem habemus, et secundum hanc legem debet mori.

Le roi de Sardaigne : 

Innocens ego sum à sanguine ejus.

Le pape réplique : 

Corripiam et emendatum eum vobis tradem.

Le général des jésuites : 

Post tres dies resurgam.

Tous les ordres religieux : 

Jube ergo custodiri sepulcrum ejus usque in diem tertium, ne forte

veniant discipuli ejus, et surentur eum, et dicant plebi :

surrexit a mortuis, et erit novissimus error pejor priore

  • 1. - 6 Janvier Il court une pasquinade relativement à la future expulsion des jésuites, dans laquelle il y a du sel et de la finesse. On suppose que le pape présente à divers souverains de l'Europe le général des jésuites en leur disant Ecce homo ! A quoi les princes répondent ; à savoir :(M.).

Numéro
£0015


Année
1773


Références

Bachaumont, VI,252

Mots Clefs
Jansénisme, Suppression de la Compagnie de Jésus par le pape