Lettre du bourreau de Paris à Mgr l'évêque de Reims

Lettre du bourreau de Paris à Monseigneur l'archevêque de Reims1

 

Permettez que je vous témoigne respectueusement, Monseigneur, combien je suis touché de n’avoir pas exécuté l’arrêt du parlement qui condamnait votre dernière lettre à être brûlée par ma main. Je ne me consolerai jamais d’avoir vu honorer de cette commission un misérable guichetier ; je me faisais un plaisir singulier d’être l’instrument de votre élévation prochaine au cardinalat, car personne ne doute que les flétrissures que vous eussiez reçues par mon ministère ne vous eussent valu le chapeau. Mais enfin les anecdotes patibulaires m’apprennent que ce qui est différé n’est pas perdu ; ce que vous avez mérité, monseigneur, vous le méritez encore et vous le mériterez toujours. Je me flatte de retrouver plus d’une occasion de contribuer à la récompense de vos sublimes vertus.

Je suis,

   Monseigneur,

         De votre grandeur,

               Le très humble, et très obéissant et très dévoué serviteur,

                              Louis Samson de Longueval, 

                               Exécuteur de la haute justice de Paris.

  • 1. Cette lettre n'est qu'une plaisanterie (M.).

Numéro
£0159


Année
1718


Références

Clairambault, F.Fr. 12697, p.115-116 - Maurepas, F.Fr.12629, p.334 - Arsenal 2961, p.483-84 - Arsenal 3132, p.369-370

Mots Clefs
Jansénisme, Lettre du bourreau de Paris à Mgr l'évêque de Reims