Lettre de M. Vicaire de la paroisse de, à S.E. le cardinal de Fleury

Lettre de M., vicaire de la paroisse de … à S.E. le cardinal de Fleury. 1732

 

Il faut aimer V.E. et l’estimer autant que je le fais pour oser prendre la liberté que je me donne de lui écrire des choses aussi importantes selon moi à l’Etat qu’à votre respectable personne.

Les fonctions de mon ministère me mettrent à portée de voir ce qu’il y a de plus considérable dans ma paroisse ; j’y trouve tant d’agitation et d’inquiétude sur les affaires présentes qu’en bon citoyen je me vois en obligation de rendre compte à Votre Eminence des discours que j’entends et qui pourront lui faire connaître la situation des esprits.

En général tout le monde se plaint de voir un Roi qui semble ne se pas soucier de l’être, de lui voir un conseil qui paraît négliger les plus importantes attentions pour n’écouter et ne suivre que des intérêts particuliers qui le préviennent et le font agir, de voir que tout le fruit d’une longue paix ne produit qu’un abâtardissement général en toute espèce, funeste présage de l’anéantissement entier de cette monarchie jadis si florissante, de voir les subsides énormes, la perte du commerce, la  parcimonie des grâces, la justice annulée par caprice et par d’autres vues, la dépravation des mœurs tolérée, les jeux publics soutenus et protégés au grand scandale des gens de bien, les délations autorisées et chèrement payées, l’autorité du Roi prostituée en mille occasions, en un mot, tout bien omis et tout mal opéré.

V. E. juge bien que l’on s’en prend à elle comme étant le seul moteur du gouvernement et qu’on ne l’épargne pas.

Selon les uns, vous n’avez de bonnes qualités que celles qui réussissent dans le commerce du monde, douceur d’esprit, agrément de conversation, petits propos qui plaisent dans la société, avec cela les talents d’un très adroits courtisan et très ambitieux.

Les autres soutiennent que vous n’êtes vertueux que par art, et non par sentiment, que vous n’avez jamais rien aimé que ce qui pouvait vous être utile pour vos vues, que même votre désintéressement n’est qu’un raffinement  d’avidité, que vous n’avez quitté Fréjus et refusé Reims que parce que ces deux places vous écartaient de celle que vous désiriez dès lors et que vous occupez.

D’autres assurent que, quoique vous ayez été précepteur du Roi, vous n’en avez jamais fait les fonctions ; on entend que vous n’avez jamais instruit ni corrigé, parce que vous n’aviez rien en vous de ce qu’il faut pour une éducation royale, et que vous n’aviez garde de reprendre un enfant que vous vouliez vous asujettir.

D’autres enfin vont plus loin, et disent que la droiture et la probité vous sont aussi inconnues que la reconnaissance, que vos paroles et vos engagements ne vous ont ont jamais lié.

Vous pouvez bien juger, Monseigneur, que je ne suis pas assez téméraire pour vous condamner sur de pareils discours. Quelle apparence en effet qu’un évêque de  l’âge de 80 ans, prêt de paraître devant le sévère tribunal de Dieu, ne donne pas chaque jour  quelques instants pour dresser ses réponses lorsque ce grand juge vous dira : Rends-moi compte de ton administration. Ce compte à rendre, Monseigneur, est formidable pour tout particulier. Que sera-ce donc pour le conducteur d’un royaume ? Quel scrupuleux examen cette réflexion ne vous demande-t-elle pas ?

Pardonnez, Monseigneur, si j’ose aller jusqu’à vous demander ce que vous pourrez dire pour vous justifier d’avoir laissé votre royal pupille livré à une distraction perpétuelle, sans l’exciter à prendre en main les rênes du gouvernement. N’est-il pas d’âge à veiller et à travailler  pour sa gloire et pour sa réputation ? Est-ce ainsi que le comte de Chièvres élevait Charles-Quint ? Avait-il envahi l’autorité souveraine ? Exposait-il son roi à être soupçonné d’incapacité ? S’était-il associé un étourdi, méprisé universellement, pour perpétuer la servitude de son maître ? Ce parallèle, Monseigneur, doit sans doute vous effrayer. Cet illustre gouverneur était honnête homme,et n’eut jamais d’autre vue et d’autre objet que l’honneur et la grandeur de son élève.

Voilà, Monseigneur, ce que ma conscience m’oblige de dire à Votre Eminence. Plaise au Ciel que mes avis, peut-être trop hardis, vous portent à en faire usage. Si vous les souffrez, ils pourront être suivis de ce que j’ai pu omettre.

J’ai l’honneur d’être avec un très profond respect, de Votre Eminence, le très humble et très obéissant serviteur.

 

Signé François Auvray, prêtre vicaire de la paroisse de…

Numéro
£0137


Année
1732

Auteur
François Auvray, prêtre vicaire


Références

F.Fr.13655, p.259+265-266 - F.Fr.15146, p.240-49 - Arsenal 10475, f°230r

Mots Clefs
Jansénisme, Fleury, Louis XV