La chronique véritable du preux chevalier Dom Philippus d'Aurélie

 

La Chronique véritable du preux chevalier Dom Philippus d’Aurélie où l’on voit les faits d’armes et autres moult joyeuses aventures de plusieurs barons et nobles dames.

 

Table des chapitres

 

Chap. 1er - Comme Deodatus, roi de Gaule, tomba grièvement malade.

Chap.2 Comme les médecins et saltimbanques firent une consultation sur la maladie de Deodatus et lui dirent que s’il n’en mourait point, il en pourrait réchapper.

Chap.3 - Comme Deodatus n’en pouvant revenir fit ses adieux à Scarronie, dame souveraine de ses pensées1.

Chap.4 - Comme Deodatus se fit amener son arrière-petit fils Louison, comme il lui recommanda la justice, la chasteté et de chercher le bien de ses sujets.

Chap.5 - Comme Deodatus mourut et fut joyeusement inhumé et comme lui succéda son arrière-petit-fils Louis, fils de Louis du Moulin2.

Chap.6. - Comme Dom Philippus d’Aurélie fut déclaré tuteur de Louison, et comme le comte des Tectorages3 et le grand chef helvétique4 prenaient patience en enrageant faut du mieux.

Chap.7. - Comme malgré l’aide de Saint-Pierre, l’archevêque Turpin5 remporta la victoire sur le grand enchanteur Acignivo6

Chap.8. - Comme le baron de Coulevière7 fut expulsé pour ses méfaits par Dom Philippus d’Aurélie.

Chap.9. - Comme Dom Philippus d’Aurélie passait joyeusement son temps et ne manquait point de Trépudice à l’assemblée nocturne8.

Chap.10. - Comme Dom Philippus d’Aurélie courant les rues de Lutèce pour défendre la beauté de la Dame de Biturgie9, mit plusieurs grandes aventures à fin, sans aucune péril de sa personne.

Chap.11. - Comme la Dame de Biturgie choisit pour sa garde 50 monstres appelés mirbalais.

Chap.12. - Comme Dom Philippus d’Auélie voulant renouveler l’histoire des patriarches choisit Noé et Loth pour ses modèles.

Chap.13. - Comme Dom Philippus d’Aurélie renchérissait sur les travaux d’Hercule en entretenant 60 maîtresses.

Chap.14. - Comme le prince Gobbo10, cherchant aventure dans l’île de Cithère, fut attaqué dans la ville Morivaline et navré cruellement par un monstre appelé le chien de Saint-Cosme11.

Chap.15. Comme le prince Gobbo après sa guérison, suivi de plusieurs chevaliers d’armes détruisit la ville Morivaline, et mena la Dame du lieu en triomphe par toutes les rues et carrefours de Lutèce12.

Chap.16. - Comme le prince Gobbo meurtrit la princesse du Viol avec des œufs durs, et la navigation nocturne qu’elle fut obligée de faire avec un très piteux crève-cœur13.

Chap.17. - Comme en présence de Dom Philippus d’Aurélie et de la Dame de Biturgie commença le très redoutable combat entre le preux chevalier Dom Courcilonigo de la Dure Jambe14 et l’infante Amisucre, dame de Bissaissie15, et comme s’ensuivit le pillages des chaumes d’Orgeadie et de Limonadie.

Chap.18. - Comme l’écuyer Egrefin se fit des manches de la cotte de sa dame et tout ce qui en advint16.

Chap.19. - Comme le prince Gotto allant au concert des fées fut arrêté dans son char et le sage enchanteur qi conduisait un hippogrife fut moult vilainement accoutré par les mirbalais et la Dame de Biturgie17.

Chap.20. - Comme Dom philippus d’Aurélie prit pour juge dans la ville de Luèce un clerc qu’il crut d’abord moult versé ès lois18.

Chap.21. - Comme led. Clerc avait été élevé apprentif mire chez son père qui était le mire de Deodatus19.

Chap.22. - Comme par fraude, astuce eet mal engin, led. Clerc acquit lots et crédit.

Chap.23. - Comme led. Clerc malversa à l’encontre de plusieurs pesonnes, et por ce eut le maltalent des bons et loyaux habitants de Lutèce.

Chap.24. - Comme les habitants de Lutèce présentèrent à Dom Philippus d’Aurélie une requête, où les méfaits du clerc étaient exprimés, et de ce qu’il en advint.

Chap.25. - Comme au signal donné par Dom Philippus d’Aurélie le gentil chevalier de la Fortequeue qui portait une cotte d’armes noire, et pour cimier sur son armet quatre cornes, fit vider les arçons au faux glouton Bourvalaisis de la rapine qui par fraude et malengin avait envahi les trésors de la belle fleur de lis20.

Chap.26. - Comme le faux glouton Bourvalaisis de la rapine fut jeté en obscure p rison, et illec aboyé sans cesse par un des plus acharnés dogues noirs de Dom Philippus d’Aurélie, nommé Machaltron21.

Chap.27. - Comme Dom Philippus d’Aurélie avec l’avis du sage enchanteur Rulignosio au col droit22, délivra ceux de la Gallicie de la fureur d’un monstre qui avait cent têtes et mille mains, nommé Agiot.

Chap.28. - Comme Dom Philippus d’Aurélie découvrant son écu enchanté, sur lequel était pour devise Déclaration rendit immobiles tous les traîtres, marauds, sarrasins et faux floutons qui combattaient sous les enseignes du griffon23.

Chap.29. - Comme la fée Vrillerine ne peut être vaincue en combat singulier par Dom Philippus d’Aurélie pour s’être servi d’armes de trop faible trempe.

Chap.30. - Comme Dom Philippus d’Aurélie cherche sa mie et après l’avoir trouvée, ne sait bonnement que lui dire.

Chap.31. - Comme la Dame de Biturgie fit claquemurer toutes les portes de son palais, fors une petite fenêtre, à tout le monde.

 

 

  • 1. Mme de Maintenon.
  • 2. M. le duc de Bourgogne, ainsi nommé pour s’être une fois caché dans un moulin en Flandres, n’osant aller reconnaître l’ennemi.
  • 3. Le comte de Toulouse.
  • 4. Le duc du Maine.
  • 5. Le cardinal de Noailles.
  • 6. Le P. Le Tellier.
  • 7. M. Desmarets, ainsi nommé à cause de sa mère, qui était Colbert.
  • 8. Au bal de l’Opéra.
  • 9. Mme de Berry.
  • 10. Le prince de Conti.
  • 11. Le prince de Conti s’étant allé réjouir chez la Morival, fameuse maquerelle, y gagna du mal.
  • 12. Ce fut à l’occasion de l’aventure du prince de Conti qu’on bannit la Morival, après avoir été fouetté par toutes les rues et carrefours de Paris.
  • 13. Mme de Crèvecoeur, dame d’honneur de Mme la princesse de Conti, ainsi nommée parce qu’elle disait qu’elle s’était fait violer par son mari. Le prince de Conti lui jeta des œufs durs au visage étant à l’Isle-Adam, d’où elle s’en alla ayant pris un petit bateau dès la Seine même avec son mari.
  • 14. M. de Courcillon, qui a une jambe de bois eut une disputre au bal de l’Opér avec la vendeuse d’orgeat, appelée par sobriquet Mlle Amisucre. Ils se culbutèrent, s’arrachèrent la erruque et le bonnet, et toute la boutique fut renversée.
  • 15. La vendeuse de liqueurs à l'Opéra.
  • 16. La Haye, écuyer de M. de Berry.
  • 17. Le prince de Conti allant à l’Opéra, fut arrêté sur le Pont-Neuf par les gardes de M. de Berry, et son cocher blessé par un des gardes pour n’avoir pas assez tôt arrêté lorsque M. de Berry passait.
  • 18. M. Fagon, intendant des finances.
  • 19. M. Fagon, médecin du Roi.
  • 20. M. de Fourqueux, procureur général de la chambre de justice, fit arrêter Bourvalais.
  • 21. M. de Machault, conseiller de la chambre de justice fut chargé de l’affaire de Bourvalais et avait soin de l’interroger.
  • 22. M. Roulier du Coudray.
  • 23. Par une déclaration, on fit défense aux gens d’affaires de sortir de chez eux pendant quinze jours, pendant lesquels ils furent obligés de faire la déclaration de tous leurs biens.

Numéro
£0026


Année
1715

Notes

31 titres de chapitre


Références

Clairambault, F.Fr.12696, p.1-5 - Clairambault, F.Fr. 12697, p.175-179 -  Maurepas, F.Fr.12628, p.195-200 - F.Fr.9351, f°174v-188v - F.Fr.10475, p.165-66 - Arsenal 2961, p.309-19 (manque le dernier chapitre) - Arsenal 2937, f°143r-144v et 262r-264r - Arsenal 2975/3, p.60-72 - Arsenal 3132, p.222-29 - Arsenal 3132, p.384-90 (7ème chronique) - Arsenal 3132, p.395-98 (8ème chronique)

 

Mots Clefs
Histoire en allégorie de Philippe d'Orléans, régent