A Monsieur de Miromesnil

Lorsqu’un prélat jadis en faisant la patrouille1

Aux remparts de Rouen enchaîna la gargouille,

Qui devenait homme, femme, enfant,

On ne peut exprimer les transports des Normands.

En son honneur on créa une fête,

La gargouille n’avait cependant qu’une tête

Tandis qu’on en voit mille à l’hydre des Français,

Dont Auguste éteint la voix

Pour à Miromesnil confier la balance.

Ce flambeau des Normands éclairera la France,

Extirpera les monstres de l’État

Et lui rendra tout son éclat.

Hâtons-nous donc au temple de Mémoire

D’élever un autel pour célébrer sa gloire ;

Plaçons Armand à côté du Romain,

Et pour inscription qu’on puisse lire en tête :

Ces deux amis du genre humain

Ont fait haro sur l’homme et sur la bête.

 

Suivi d’un Regret de Madame sur le départ du conseil supérieur de Rouen (386-88) non reproduit.

  • 1. À Monsieur Armand Thomas Hue de Miromesnil, président du Parlement de Rouen et garde des Sceaux de France.

Numéro
£0454



Références

F.Fr.15141, p.385-86

Mots Clefs
Eloge de Hue de Miromesnil, garde des Sceaux