Paraphrase sur le Miserere

Paraphrase sur le Miserere


M. de Bercy, intendant des finances, gendre de M. Desmarets, contrôleur général des finances,  avec trois fameux partisans, dans la vue du péril qui les menace, n’ayant d’autre ressource que dans la clémence de Mgr le Duc d’Orléans, Régent, lui font cette prière.

 

1

Prince dont la clémence s’est signalée en tant d’occasions, ayez pitié de nous, selon votre grande miséricorde.

 

2

Ôtez-nous les moyens de continuer nos injustices et les effacez selon la multitude des miséricordes qui sont en vous.

 

3

Lavez-nous de plus en plus de nos iniquités, et justifiez-nous de nos injustices pratiquées, dont nous nous somme servis pour voler impunément le Roi et le peuple.

 

4

Car dès que nous avons appris votre Régence, nous avons ouvert les yeux sur nos crimes, nous les avons reconnus et nous les avons toujours présents devant nous.

 

5

N’ignorant pas que vous devez un jour avoir l’autorité en main, c’est contre vous seul que nous avons péché ; nous avons commis le mal en votre personne ; nous ne craignons pas de vous en faire un aveu public, afin que vous nous voyez comme fidèles dans les discours que vous avez tenus de nous dans le temps que n’y pouvant pas apporter le remède nécessaire, vous déploriez le sort du peuple  misérable qui était la victime de nos concussions.

 

6

Ce qui pourrait, grand prince, en quelque manière nous excuser, c’est que, descendant la plupart de parents usuriers ou banqueroutiers, nous avons été engendrés dans l’iniquité, et que nos mères nous ont conçus dans le péché.

 

7

Vous aimez la vérité, et vous nous avez enfin découvert ce qu’il y avait d’incertain et de caché dans votre sagesse, dans le temps que vous ne paraissiez pas vous mêler de nous.

 

8

Vous nous purifierez par la perte de nos trésors, et nous deviendrons purs ; vous nous laverez et nous tâcherons de nous rendre plus blancs que la neige par une sincère restitution.

 

9

Dans l’espérance que vous voudrez bien nous faire entendre une parole de consolation et de joie, nos os humiliés dans la crainte du châtiment que nous méritons, commencent déjà à tressaillir de leur perte.

 

10

Détournez donc votre visage de nos friponneries ; et effacez de votre mémoire toutes nos offenses.

 

11

Il n’appartient qu’à Dieu seul de créer en nous un cœur pur ; du moins que votre clémence nous procure l’esprit de droiture et de justice que nous n’avons jamais eu.

 

12

Dans l’état de suppliants ou vous nous voyez, ne nous rejetez pas de devant votre face, et ne retirez pas de nous l’esprit de douceur que vous avez pour tout le monde.

 

13

Rendez-nous la joie de votre grâce salutaire, et fortifiez-nous par un procédé si doux dans l’esprit que vous inspirez présentement, de commencer à faire le bien que nous n’avons jamais fait.

 

14

L’exemple de notre conversion servira à beaucoup à prendre nos voies, et à ramener par l’esprit d’obtenir le pardon, de gens comme nous et ils se convertirons tout de bon.

 

15

Délivrez-nous surtout de cet homme de sang, que tout criminel redoute et nos langues publieront avec joie vos bontés.

 

16

Une conduite si extraordinaire à l’égard de nous qui en sommes si indignes fera que nous n’ouvrirons nos lèvres que pour vous glorifier, et que notre bouche sera toujours occupée à publier vos louanges.

 

17

Nous sommes si pénétrés de douleur de vous avoir irrité que s’il n’y avait que le sacrifice de nos vies qui pût vous apaiser, nous vous les offririons très volontiers ; mais nous savons que ces sortes d’holocaustes ne vous sont point agréables.

 

18

L’esprit affligé et l’offrande volontaire des biens dont nous nous sommes emparés, sont le meilleur sacrifice que vous demandez de nous ; ainsi vous ne mépriserez pas un cœur contrit et humilié.

 

19

La dernière prière que nous vous faisons, O grand prince, est de répandre par votre bonté les mêmes grâces sur tous ceux qui suivront notre exemple.

 

20

C’est ainsi que vous affermissez votre puissance sur le fondement de votre clémence.

 

21

Alors vous recevrez de toutes parts de pareils sacrifices. Chacun vous présentera ses biens pour offrande de son cœur en holocauste et tout le monde vous adressera ses vœux.

Numéro
£0124


Année
1715 septembre


Références

F.Fr.12796, f°76r-78r

Mots Clefs
Bercy, intendant des finances, Desmarets, Régent, supplique de maltôtiers